Sables sahariens sur nos rivages…

C’est dans l’espace poli­tique et cultu­rel sahé­lien, vers 1250, que l’on édicte la Charte du Man­den, un texte qui ordonne le res­pect des droits humains et éta­blit la liber­té de toutes et de cha­cun. En même temps, à l’autre bout du monde ou presque, au pied du Gothard, le pacte mon­ta­gnard de 1291 éta­blit les mêmes prin­cipes. Des confins du Saha­ra aux neiges alpines, des gens qui ne se connaissent pas expriment les mêmes idéaux de res­pect de leur digni­té et par­tagent les mêmes aspi­ra­tions d’un cer­tain bon­heur de vivre. 

Ici comme ailleurs, la liber­té donc l’art, la culture donc l’impertinence, l’empathie donc la curio­si­té, l’imagination donc le goût d’entreprendre sont ancrés au cœur des êtres humains en quête de fra­ter­ni­té soli­daire. La richesse du désor­mais tra­di­tion­nel Prin­temps cultu­rel insuffle un élan enthou­sias­mant, tout en finesse et en nuances, d’ouverture au monde. Por­tés par une haute exi­gence de culture et de bien­veillance, le vaste réseau des par­te­naires du pro­gramme offre un large éven­tail de moments d’échanges et de décou­vertes qui s’émancipent avec bon­heur des confi­ne­ments ambiants de la pen­sée. Du Man­den au Grüt­li, des sables saha­riens por­tés jusqu’à nos rives par les vents, de Neu­châ­tel jusqu’au Sahel, le temps est venu de vivre plei­ne­ment un nou­veau Prin­temps culturel !

Thomas Facchinetti
Conseiller communal
Ville de Neuchâtel
Dicastère culture, intégration et cohésion sociale