21 mars, 18h30
Conférence

→ Université de Neuchâtel faculté des lettres et sciences humaines auditoire RE.48

La préservation et la reconstruction du patrimoine culturel en Bosnie-Herzégovine: un outil pour la réconciliation?

Confé­ren­ce de Nadia Capuz­zo Der­ko­vic, doc­teu­re en socio­lo­gie de l’Université de Genè­ve

Confé­ren­ce orga­ni­sée par le Laté­nium, parc et
musée d’archéologie, en par­te­na­riat avec l’UniNE

Modé­ra­teur: Marc-Antoi­ne Kae­ser, direc­teur du Laté­nium

www.unine.ch
www.latenium.ch

Régu­liè­re­ment, les ima­ges de sites archéo­lo­gi­ques dévas­tés ou de musées van­da­li­sés sont reliées par les médias du mon­de entier. Alors qu’on pen­sait la des­truc­tion du patri­moi­ne être un fait d’armes d’un autre temps, le patri­moi­ne cultu­rel est aujourd’hui tou­jours autant en dan­ger lors de conflits armés. Dans ce contex­te, quel­les leçons peut-on tirer des efforts réa­li­sés en Bos­nie-Her­zé­go­vi­ne pour pré­ser­ver et recons­trui­re le patri­moi­ne cultu­rel lar­ge­ment pris pour cible il y a plus de 25 ans, lors de la guer­re qui a secoué ce pays pen­dant près de 4 ans ? Les tra­vaux réa­li­sés ont-ils per­mis de res­tau­rer une conti­nui­té his­to­ri­que per­due ou ont-ils ren­for­cés les cli­va­ges ter­ri­to­riaux ?

Edition précédente:
De la Perse à l’Iran contemporain